← Retour au journal

L'art de solder

Publié le : 21/06/2016 13:06:07

A première vue les soldes du prêt à porter ont un intérêt légitime : déstocker pour récupérer de la trésorerie, quitte à s'assoir sur tout ou partie de sa marge. En effet, les collections évoluant au rythme des saisons, il semble légitime de vouloir se débarrasser du stock de petites robes d'été avant septembre.

Bon.

Mais aujourd'hui les soldes, ça relève plus d'une tradition biannuelle donnant l'occasion de se faire une aprem shopping entre copines, que d'autre chose. Et oui, parce qu'entre les soldes de janvier et les soldes de juin, pour chacune de nos grandes enseignes favorites on a eu : 6 semaines de ventes clientes privilèges (en fait toute personne qui a donné son nom à la caisse), 12 fois 3 jours de Jours Petits Prix, 3 invitations à des ventes privées, 5 fois 1 semaine de promotion pour x motifs, les pré-soldes depuis début juin... donc à vrai dire on ne se déplace que parce qu'en tant que cliente du fichier clients, on a droit à 10 ou 20% supplémentaires sur les 40% déjà accordés.

Bref.

On exagère un peu mais si l'on compte bien, il faut vraiment avoir été très patient, très attentif et très organisé pour avoir la chance d'acheter un vêtement à son prix d'étiquetage initial. Heureusement qu'à l'occasion d'une des diverses offres il y a parfois une partie de la collection qui n'est pas concernée, sinon ce serait tout simplement mission impossible.

Certes, payer plus cher n'est pas un objectif, mais ça fait réfléchir.

Non parce qu'on veut bien comprendre qu'une grande marque s'assoit sur sa marge deux fois par an pour du déstockage, mais on se doute bien qu'elle ne le fait pas 12 mois sur 12.

L'équation est simple, les marges sont énormes, le prix d'étiquetage initial n'est pas celui auquel le produit est censé être vendu. Dès le départ, le prix de vente cible représente probablement qui sait, 50% du prix étiqueté ? Mais rassurez-vous, avec des marges allant de fois 5 à fois 7 pour toutes les grandes enseignes, elles sont laaaarges.

Certaines marques de prêt à porter sont en train de prendre le contrepied de cette course à la "promotion permanente qui n'en est pas une", en choisissant des marges décentes, en étant transparentes sur leur marge et en ne pratiquant pas de promotion. Qui sont-elles ? Les petites marques qui, de toute façon, ne peuvent pas suivre ce rythme effréné de grande braderie car leurs marges sont moindre, mais également quelques marques plus importantes, qui trouvent que ce mode de fonctionnement n'a plus de sens...

Il est important d'en parler car de plus en plus de gens ont, à juste titre, l'impression de se faire plumer lorsqu'ils n'achètent pas en solde. Mais il faut garder en tête qu’heureusement certaines marques défendent une cohérence entre le prix demandé et le produit, choisissent d'avoir une marge plus restreinte pour pouvoir proposer des produits de meilleurs qualité-prix, fabriqués dans des conditions décentes, et donc ne bradent pas leur éthique. C'est le cas de Mue store ! D'autant plus qu'en sur-mesure il n'y a pas de fabrication en amont de vêtements qui ne se vendront pas, votre robe sur-mesure est fabriquée à la commande : pas de gâchis.

Bon à savoir également, même si on appelle ça des Dernière Chance ou des Fin de séries pour faire plus chic... même combat. Ha et aussi, un certain nombre de marques (qui serait paraît-il non négligeable...) refont produire leurs pièces les mieux vendues mais dans une qualité moindre, pour les solder sans trop d'impact sur leur marge. Certes la pièce semble être la même mais le tissu et les finitions ne sont pas de même qualité que l'original. Solde quand tu nous tiens !

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)